La mélancolie

Publié le par marie-jeanne garnier

 

fleurs-liban.jpgLe vent de la tristesse est venu sans crier garde

Apportant avec lui une pluie de larmes.

Scrutant l'horizon, à l'abri, elle regarde

Et n'aperçoit que des silhouettes grises

Se hâtant sous les lumières blafardes

Des réverbères au halo mouvant sous la bise.

Un bruit plus fort déchire le soir telle une alarme,

C'est la sirène lancinante des pompiers.

 

Maintes fois, Mariana s'est remémorée ces instants

Précédant la terrible, l'insupportable nouvelle.

Une tornade avait emporté la voiture de son fiancé,

La projetant dans les airs en tourbillonnant.

L'automobile s'est écrasée dans le grand fossé.

Les larmes de Mariana coulent sur son visage 

Alors que sur les vitres, la pluie ruisselle.

Ils avaient déjà tout préparé pour leur mariage.

Un amour sans limite et des projets plein la tête !

 

Elle avait crié à l'injustice, demandant pourquoi

Son fiancé lui avait été enlevé,

Implorant le ciel de venir la chercher.

Mais ce n'était ni son jour, ni son heure.

Les souvenirs l'assaillaient encore une fois.

Le profond désespoir des premiers jours

S'est changé en mélancolie pour toujours.

Il lui reste des photos et quelques lettres

Quelques superbes mots d'amour

Qu'elle relit sans cesse tous les jours.

 

Nul n'est maître de son destin,

Ignorant tout des lendemains.

Vivons heureux l'instant présent,

Et chaque jour intensément.

 

                              Marie-Jeanne GARNIER

(J'ai écrit ce poème, histoire vraie, en hommage à une amie française partie vivre en Amérique)

Publié dans poésies

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article